diamant hope

L’Histoire du diamant Hope: une épopée fabuleuse et légendaire

Hope fait écho, dans le monde de la joaillerie, à la fabuleuse épopée d’un diamant inestimable. Fable aussi légendaire que sulfureuse, son histoire reste en partie un mystère. Mais cette pierre mythique, d’abord perdue pour toujours puis retrouvée, nous raconte de par son histoire que chaque diamant est unique au monde. Elle nous murmure que les diamants sont éternels.

Hope fait écho, dans le monde de la joaillerie, à la fabuleuse épopée d’un diamant inestimable. Fable aussi légendaire que sulfureuse, son histoire reste en partie un mystère. Mais cette pierre mythique, d’abord perdue pour toujours puis retrouvée, nous raconte de par son histoire que chaque diamant est unique au monde. Elle nous murmure que les diamants sont éternels. Il a d’ailleurs inspiré notre nom, comme nous vous l’expliquons ici.  

En 1668, Louis XIV achète un diamant bleu de 115, 6 carats. C’est le plus grand diamant bleu connu à ce jour. Il le fait tailler en 1671 selon la taille dite “en rose de Paris”. Il s’agit d’une taille d’une extrême perfection qui ne compte pas moins de 72 facettes. Baptisé Bleu de France, Louis XV l’incorpore à la somptueuse parure de l’ordre de la toison d’Or. Le diamant est dérobé en 1792 avec les joyaux de la couronne qui pour la plupart n’ont jamais été retrouvés.

Le diamant Bleu de france, joyau de la couronne 

En 1668, Louis XIV achète un diamant bleu de 115, 6 carats. Le plus grand diamant bleu connu à ce jour. Il le fait tailler en 1671 selon la taille dite “en rose de Paris”. Il s’agit d’une taille d’une extrême perfection qui ne compte pas moins de 72 facettes. Baptisé Bleu de France, Louis XV l’incorpore à la somptueuse parure de l’ordre de la toison d’Or. Le diamant est dérobé en 1792 avec les joyaux de la couronne qui pour la plupart n’ont jamais été retrouvés.

Ce n’est qu’en 1812 qu’apparaît en Angleterre un diamant bleu de 45,5 carats d’origine mystérieuse. Le banquier Henry Philip Hope en fait l’acquisition en 1824 et lui donne son nom.

Le diamant Hope

Il sera le premier d’une longue série de propriétaires éclectiques dont les anecdotes font de l’histoire de Hope une véritable saga. Au XIXème siècle, le joaillier Barbot émet l’hypothèse que le diamant Hope a pu être retaillé à partir du Bleu de France. Au XXème, son dernier propriétaire, l’excentrique et passionné bijoutier américain Harry Winston, en fait don à la Smithsonian Institution à Washington. Il l’expédie alors dans un simple papier kraft par la poste, anecdote qui fait encore frémir les passionnés de trésors. 

Pour en savoir plus sur l’histoire de Hope, rendez-vous sur la “Smithsonian Channel”: la chaîne du musée où réside aujourd’hui le célèbre diamant!

Le diamant Hope 

Ce n’est qu’en 1812 qu’apparaît en Angleterre un diamant bleu de 45,5 carats d’origine mystérieuse. Le banquier Henry Philip Hope en fait l’acquisition en 1824 et lui donne son nom.

Il sera le premier d’une longue série de propriétaires éclectiques dont les anecdotes font de l’histoire de Hope une véritable saga. Au XIXème siècle, le joaillier Barbot émet l’hypothèse que le diamant Hope a pu être retaillé à partir du Bleu de France. Au XXème, son dernier propriétaire, l’excentrique et passionné bijoutier américain Harry Winston, en fait don à la Smithsonian Institution à Washington. Il l’expédie alors dans un simple papier kraft par la poste, anecdote qui fait encore frémir les passionnés de trésors. 

Pour en savoir plus sur l’histoire de Hope, rendez-vous sur la “Smithsonian Channel”: la chaîne du musée où réside aujourd’hui le célèbre diamant!

Il sera le premier d’une longue série de propriétaires éclectiques dont les anecdotes font de l’histoire de Hope une véritable saga. Au XIXème siècle, le joaillier Barbot émet l’hypothèse que le diamant Hope a pu être retaillé à partir du Bleu de France. Au XXème, son dernier propriétaire, l’excentrique et passionné bijoutier américain Harry Winston, en fait don à la smithsonian Institution à Washington, en l’expédiant dans un simple papier kraft par la poste, anecdote qui fait encore frémir les passionnés de trésors. 



0
    0
    Votre panier
    Votre panier est vide
    × Des questions?